Collection passion : les timbres fiscaux

22 mai 2019

Excessivement cher pour 5 francs ?

En janvier 1866, dans le Timbre-poste, mensuel édité par J.B. MOENS, on pouvait lire ceci :

Capture2 janvier 1866

En septembre de la même année, les choses se précisent :

Capture septembre 1866

A la veille de paraître ? Pas tout à fait. En réalité, le timbre à 5 francs ne sera mis en circulation qu'en novembre 1869.

Capture

L'accueil réservé par l'auteur à ce nouveau timbre n'est pas des plus enthousiastes, loin s'en faut :

Capture1

Ainsi peut-on lire : " Le commerce... a été sauvé le 2 novembre, jour des morts ". (En réalité, le timbre a été émis le lundi 1er novembre 1869, mais chose singulière, n'est connu utilisé qu'à partir de juin 1870)

En guise de baptème, de cérémonie d'accueil, MOENS s'exprime sans ambages, et d'entrée procède à un enterrement de 1ère classe du nouveau timbre. La suite de l'article n'est guère plus chaleureuse : " Ce qui nous paraît moins heureux, ce sont ces grecques qui semblent les compagnes obligées de l'empereur, tout en faisant une allusion peu flatteuse pour le souverain.

Ces propos me semblent assez sibyllins, comprenne qui pourra. Bien sûr, tout le monde sait qu'une grecque est : " Un ornement composé d'une suite de lignes brisées à angles droits et rentrant sur elles-mêmes. "

Où est l'allusion peu flatteuse pour l'empereur ? Faut-il y voir une référence aux moeurs des grecs anciens dont Littré donne la définition suivante : " Débauche grecque, débauche contre nature, ainsi dite à cause du vice qui infectait l'antiquité. "

Faut-il y voir une allusion aux Hellènes chantés par l'ami Brassens " Et m'crie " va t'faire, homme incorrect, voir par les Grecs " (Le pornographe) ?

A vous d'en juger.

L'article se conclut en beauté : " Calino (1) a qui nous avons montré le timbre, l'a trouvé excessivement cher pour 5 francs. " Ici encore, il nous faut interpréter ces propos car à la vérité, 5 francs c'est 5 francs. Un point c'est tout. L'auteur voulait peut-être nous dire que pour ce montant l'Administration des Postes aurait pu fournir aux utilisateurs un timbre d'une autre facture, techniquement nettement plus abouti à l'image des fiscaux américains de la même période ?

Toujours est-il que de nos jours, ce 5 francs de l'Empire exerce toujours un certain attrait sur le collectionneur. Par ailleurs si mes aïeux avaient eu la bonne idée d'acheter à l'époque un de ces 5 francs, l'affaire n'aurait pas été si mauvaise pour les héritiers. En effet, un beau 5 francs neuf comme celui-ci :

http://www.roumet.com//photos/553/325.jpg

5 francs proposé par ROUMET dans sa dernière vente

cote 9 000 € et est proposé au prix de départ de 1 800 €. Pour 5 francs, fussent-ils de 1869, l'investissement me semble rentable, n'est-ce pas ?

Lors de l'émission du timbre-poste à l'effigie de l'empereur à 5 francs, il existait 10 valeurs fiscales supérieures à ce montant. Ces valeurs s'échelonnaient du 5,50 francs :

EDC 26

au 10 francs :

EDC 50

Montant à débourser à l'époque pour ces 10 timbres = 77,50 francs, soit presque 4 Napoléon-or, bien loin des 5 francs qui rebutaient MOENS et ses amis !

Ces montants exorbitants ont évidemment rapidement découragé les collectionneurs au portefeuille peu garni. Seuls quelques collectionneurs fortunés ont pu se procurer ces timbres à l'état neuf à l'époque mais ils se sont assez rapidement lassés, on s'en doute. (NB. la seconde série à l'effigie de l'empereur, émise en 1871, dépassait quant à elle le montant astronomique de 210 francs !)

Citoyen belge, MOENS ne pouvait méconnaître l'existence des fiscaux émis par son pays en 1857. Là encore, les montants sont démentiels et vont bien au-delà de 20 francs :

Sans titre 1

Sans titre 2

Sans titre 3

50410

Sans titre 4

Sans titre 5

Sans titre 6

Ces timbres neufs (de surcroît avec gomme d'origine) proviennent de ma collection de Belgique. Je n'en ai jamais vu d'autres exemplaires en plus de 30 ans de philatélie fiscale.

J'ajouterais pour finir en beauté, que nos amis d'outre-Quiévrain ont également émis la même année une autre série, cette fois pour les effets de commerce créés à l'étranger et payables à l'étranger au demi-tarif avec donc la plus haute faciale portant un montant de 25 francs :

50412

Remarque : francs belges ou français, il s'agit bel et bien de francs-or.

Alors au final ? Excessivement cher pour 5 francs ?

 

(1) J'ignore qui est ce Calino. J'ai déjà vu mentionné le nom Camino comme étant celui d'un marchand philatélique de Paris. Est-ce le même ?

Posté par cigulphe à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mai 2019

Au bistrot, l'addition est salée ! (suite)

Au bistrot, l'addition est salée ! (suite)

La taxe sur les débits de boissons d'un montant de 1 770 francs évoquée il y a quelque temps, peut se matérialiser par diverses combinaisons de fiscaux, en voici de spectaculaires illustrations transmises par le pétillant JJ B. :

Copie de 1770 1

 1 500 francs (n° 462) + 115 francs x 2 (n° 459) + 40 francs (n° 418 a) = 1 770 francs !

Copie de 1770 2

1 500 francs (n° 462) + 200 francs (n° 425) + 50 francs (n° 455) + 20 francs (n° 449) = 1 770 francs !

Copie de 1770 3

1 500 francs (n° 462) + 200 francs (n° 425) + 40 francs (n° 418 a) + 30 francs (n° 471) = 1 770 francs !

Reste maintenant à vous montrer le tarif à 2 000 francs en vigueur à partir de 1992. Affaire à suivre donc !

Posté par cigulphe à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 mai 2019

Caisse d'épargne de Strasbourg

Sous la rubrique " Timbres de Caisses d’Épargne " (p. 254) de son catalogue des fiscaux 1937, A. FORBIN répertorie deux timbres d'épargne pour la ville de Strasbourg.

Le premier de ces timbres dont la date d'émission n'est pas connue de l'auteur est le suivant :

Epargne Strasbourg400

Sa légende en allemand " SPARKASSE DER STADT STRASSBURG " (Caisse d'épargne de la ville de Strasbourg) et sa faciale en pfennig, nous renvoient à la période d'annexion de l'Alsace. Au vu du graphisme de ce timbre je penche pour le XIXème siècle, vers 1880-90, sans plus de précisions car je n'ai jamais rencontré ce timbre sur document.

 

Le second timbre répertorié est décrit ainsi : 1924 – Armoiries. Dent. 14.

FORBIN ne nous propose pas d'illustration. Nous allons de ce pas réparer la chose, avec ce carnet d'épargne complet revêtu de ses 10 timbres :

Epargne Strasbourg398

Epargne Strasbourg404

Il convient de noter que ces timbres sont dentelés en leur milieu, ce qui donne donc deux demi-timbres (cas notamment des fiscaux belges). Quelle en est la raison ? Je ne vois pas vraiment. Peut-être que les élèves pouvaient acheter un demi timbre lorsqu'ils n'avaient que 25 centimes dans leur tirelire ?

Epargne Strasbourg401

Je suis tombé par chance il y a quelque temps sur un lot de plusieurs cartes de l'élève Marguerite MUTZIG ; c'était la première fois en 30 ans que je voyais ce timbre et a fortiori un carnet complet.

Le second modèle de carte diffère du premier par sa couverture. Celle-ci nous donne d'utiles précisions : les timbres sont vendus par les instituteurs et institutrices des écoles primaires ainsi qu'aux guichets de la caisse principale de caisse d'épargne de Strasbourg et ceux des agences de banlieue.

Epargne Strasbourg402

Jusqu'à quelle date ce système d'épargne a fonctionné, je l'ignore. Mais dès 1937, FORBIN précise que ces timbres sont tous supprimés depuis longtemps.

Pourquoi la petite Marguerite n'a-telle pas apporté ses cartes à la caisse d'épargne pour ouvrir et compléter son livret comme il est indiqué en quatrième de couverture : " Aussitôt qu'une carte sera entièrement garnie de timbres à 50 cts., il sera délivré au porteur un livret au nom de l'enfant qui deviendra alors déposant à la Caisse d’Épargne. Les dépôts postérieurs pourront être faits soit en timbres (par carte de 10) soit en argent. " ? Là encore mystère.

Toujours est-il que ces carnets qui ont traversé le temps constituent pour de nombreux collectionneurs (de timbres fiscaux, des spécialistes du thème de l'épargne ou de l'Alsace-Lorraine....) d'alléchantes pièces à ajouter à leur collection.

Je dispose de 4 carnets complets à vendre ou à échanger contre des fiscaux qui me manquent. Me contacter directement.

Posté par cigulphe à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 mai 2019

Avis de recherche

Un de nos lecteurs pourrait-il me procurer un scan, voire mieux, le timbre suivant dont je ne possède qu'une calamiteuse image comme référence :

Dax

Ville de DAX, droit de plaçage, 50 centimes.

Posté par cigulphe à 12:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mai 2019

Droit des pauvres de Montpellier (suite)

Un de nos fidèles lecteurs, Daniel F., me communique d'intéressantes informations sur le timbre " Droit des pauvres " de Montpellier que nous avions évoqué il y a peu.

Ces timbres ont été imprimés en feuille de 35 exemplaires, ainsi disposés :

img542

D'autre part, ce timbre existe également en bleu :

img544

Hypothèse : une couleur correspondant à un montant déterminé ? Dans ce cas, peut-être découvrira-t-on d'autres couleurs à l'avenir ?

Dans tous les cas, merci à notre correspondant. C'est par le partage des connaissances que chacun progresse.

Posté par cigulphe à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]