Collection passion : les timbres fiscaux

17 novembre 2020

Les perçages locaux sur timbres de copies (Partie 1)

Henry Fradois, nous en avons déjà parlé sur ce site, a publié un certain nombre d'études sur diverses catégories de timbres fiscaux.

Dans la partie consacrée aux timbres de copies, il avait repéré divers timbres au type " Chiffres d'Oudiné " percés en lignes ou en points à savoir :

  • 50 c. : Saint-Dié (bureau 1996)
  • 50 c. : Besançon, actes d'huissiers (bureau 275)
  • 1 Fr. : Besançon, actes d'huissiers (bureau 275)
  • 1 Fr. : Vimoutiers (bureau 2492)
  • 5 Fr. : Vimoutiers (bureau 2492)

et ajoutait-il, " pour toutes les valeurs, 10 Fr. y compris, divers bureaux de la région parisienne difficilement identifiables, mais cependant reconnaissables à l'annulation elliptique ornée spéciale à ces bureaux ".

Je suis malheureusement dans l'impossibilité de vous proposer une illustration pour chacun des cas de figure qu'Henry Fradois relevait, sachant à l'évidence qu'à l'impossible nul n'est tenu.

C'est vrai. Mais pour ne pas rester fanny, permettez-moi toutefois de vous présenter un perçage en lignes de Besançon sur une valeur non signalée :

Copies 275 Besançon Actes d'huissiers

Besançon, actes d'huissiers (Bureau 275)

ainsi qu'un exemplaire de la faciale à 10 Fr. annulé en région parisienne présentant également un perçage en lignes :

Copies non identifiable

Et si je suis dans l'incapacité de vous proposer une illustration des autres bureaux cités par H. Fradois, c'est pour une raison fort simple : tous ces timbres dentelés localement sont rares détachés et a fortiori encore plus rares sur documents. Georges Chalmandrier, ancien directeur de l'Atelier du timbre ne possédait qu'un exemplaire au type " Chiffres d'Oudiné " de cette nature dans sa collection, le voici :

Copies Chalmandrier

Perçage en points annulé en région parisienne

à l'origine non identifiée

Complétons maintenant cette nomenclature avec le piquage en points de Bellay :

Copies 260 Belley (Ain)

Piquage en points de Bellay (bureau 260)

ce perçage en lignes de Gérardmer :

Copies 924 Gerardmer (Vosges)

Perçage en lignes de Gérardmer (bureau 924)

ce piquage en points de Orgères-en-Beauce dans une aimable bande de 4 de la quotité à 1 F et 2/10 :

Copies 1611 Orgères en Beauce

Piquage en points de Orgères-en-Beauce (bureau 1611)

ce perçage en lignes de Paris :

Copies 1661 Paris Cour de cassation

Perçage en lignes de Paris, Cour de cassation (bureau 1661)

suivi de ce perçage en points de Soissons :

Copies 2247 Soissons AJ

Piquage en points de Soissons AJ (bureau 2247)

et d'un autre piquage en points de Paris :

Copies 3010 Paris 19 eme bureau huissiers et locations

Piquage en points de Paris 19ème bureau

huissiers et locations (bureau 3010)

et enfin d'un piquage en points non identifiable sur la quotité à 10 F et 2/10 :

Copies non identifiable 1

H. Fradois notait opportunément dans son étude que : " Il serait intéressant de rechercher si les mêmes bureaux ont utilisé des timbres de dimension proprement dits présentant ces dentelures ; dans l'affirmative, ces séparations auraient été faites par le service de l'Enregistrement lui-même, et, dans la négative par les usagers (huissiers et avoués) après l'achat de feuille entière de ces vignettes ".

J'ai suivi ces conseils et ai fait cette recherche ardue ; son résultat s'avère peu fructueux. Toutefois, je peux apporter une réponse pour le perçage de Soissons :

Copies 2247 Soissons AJ

Piquage en points de Soissons AJ (bureau 2247)

car voici le même perçage sur un timbre de dimension :

Piquage 2246 Soissons AC

Piquage en points de Soissons AC (bureau 2246)

Conclusion : dans le cas de Soissons, nous pouvons affirmer que les séparations ont été faites au niveau des bureaux de l'Enregistrement et non par les huissiers ou avoués utilisateurs de ces timbres.

(A suivre)

Posté par cigulphe à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 novembre 2020

Ne négligez pas les fiscaux modernes !

Dans sa préface au catalogue Yvert et Tellier des timbres fiscaux et socio-postaux de France de l'édition de 1990, l'expert Jean-François Brun conseillait ainsi les amateurs intéressés par la collection des fiscaux : " Rappelez-vous cependant que les fiscaux rares sont, en général, ceux parus après la première guerre mondiale et il est vraisemblable que parmi ceux émis depuis la seconde, il y ait de nombreuses raretés. C'est le moment de les rechercher. Vous avez entre les mains ce qui vous est indispensable pour cela. "

Pour le grand public en général, dans le domaine de la collection, plus c'est ancien et plus cela a de la valeur.

Il y a peu encore, un brocanteur m'indiquait avoir récupéré un certain nombre de fiscaux susceptibles de m'intéresser et notre marchand de me préciser à moult reprises : " Ils sont anciens, certains sont même très vieux ! " espérant à n'en point douter me mettre l'eau à la bouche.

Or, comme le précise à juste titre Jean-François Brun, ce n'est pas dans les timbres fiscaux anciens qu'on a le plus de chance de rencontrer des raretés (même si évidemment de nombreuses pièces rares jalonnent cette période) mais plutôt dans la période moderne qu'on néglige trop souvent.

Dans cette période, un nombre important de fiscaux avaient des destinations spécifiques (connaissements ou papiers publics par exemple) et ne furent utilisés que pour une courte durée à cause de l'inflation qui a entraîné une succession de tarifs parfois éphémères.

Un exemple pour illustrer mon propos, cette feuille d'album avec les derniers timbres de Groupage. Cette feuille est pratiquement impossible à réaliser car tous les timbres qui y sont réunis sont rares.

Groupage 1976-1979

Une page d'exception à l'évidence, car les timbres mobiles de groupage n'étaient pratiquement plus utilisés dans les années 70 et que par ailleurs les tarifs changeaient presque tous les ans. Deux facteurs évident de rareté, vous en conviendrez.

Pour enfoncer le clou concernant les timbres de groupage, on ne sait toujours pas si d'autres timbres ont été émis après la série de 1979 ; c'est vous dire !

Moralité, ne négligez pas les fiscaux modernes.

Posté par cigulphe à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 novembre 2020

Un document fiscal bat tous les records !

Dans sa 42ème vente sur offres actuellement en cours, au lot n° 742, la maison Behr propose à la vente un document fiscal exceptionnel :

42742

En voici la description : " Moitié du 40c. orange (n° 38) obl. sur Affiche '' VENTE SUR SAISIE IMMOBILIERE DE DIVERS IMMEUBLE’’S ". Pièce unique en utilisation fiscale. SUP. RRR. "

Affiche 20 centimes coupé detail

Je me permets de compléter cette description en précisant que ce demi-timbre est annulé par la griffe " RM " de la recette municipale de Châlons-sur-Saône et que cette affiche a été enregistrée le 28 juin 1871.

Timbre à 40 centimes coupé en 2 pour faire 20 centimes, montant correspondant aux affiches au-dessus de 50 décimètres carrés de la loi du 18 juillet 1866 et du décret du 5 décembre suivant.

Le prix de départ est fixé à 60 000 €. Avis aux amateurs !

 

PS : l'autre moitié du timbre n'a jamais été retrouvée ; peut-être que la chance sourira un jour à l'un d'entre nous ?

Posté par cigulphe à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 octobre 2020

Un peu d'anglais pour les vacances, mais pas seulement...

Captain

" CAPTAIN'S COPY ", voici ce qu'indique le magistral tampon à l'encre violette sur un intéressant connaissement qui vient de rejoindre ma collection.

Voyons maintenant le document complet :

1958

La traduction de " Captain's copy " ne pose a priori aucune difficulté même pour le plus inexpérimenté des anglicistes, Captain's copy : l'exemplaire du capitaine.

En réalité, pour être exact, en français " Captain's copy " se traduit par connaissement-chef.

Voilà pour la partie Anglais de nos devoirs de vacances ; on ne saurait être plus concis.

Passons maintenant à la philatélie et voyons quelle est la signification pour nous collectionneurs de ce " Captain's copy " ?

Reportez-vous à un de mes articles de 2012 pour vous remettre en mémoire ce qu'est un connaissement.

Vous noterez qu'un connaissement est une reconnaissance de transport de marchandises écrite, établie en 4 originaux dont un, celui destiné au capitaine, est soumis à la formalité du timbre, les trois autres étant timbrés gratis avec une estampille de contrôle.

Sur le document que je vous présente aujourd'hui on trouve un certain nombre de timbres annulés à la date du 3 février 1958 pour un montant total de 1 375 F.

A cette date, le tarif du connaissement remis au capitaine est de 1 100 F. (Art. 933 du code du timbre de 1950 – Décret n° 57-1333 du 28 décembre 1957).

Manquent 275 F. montant qui correspond à un connaissement supplémentaire (au-delà des 4 originaux) tel que prévu à l'article 935 du code précité.

Cela colle parfaitement, le tarif à cette date est de 275 F. pour chaque connaissement supplémentaire.

Les timbres définitifs, avec surcharges additionnelles sur la série de 1957 ou avec les valeurs en vigueur en 1958 n’ayant pas encore été émis, il a été fait usage des timbres de la série unifiée pour arriver au bon tarif.

Posté par cigulphe à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 octobre 2020

Timbre de la S.A.C.D. sur documents

Aimablement transmis par Daniel F. ces deux documents timbrés avec les timbres de la S.A.C.D. (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) :

img682

img683

img684

img685

On constate que ces spectaculaires blocs viennent du fait qu'il fallait un timbre par place de spectacle vendue soit pour le premier document 15 places et pour le second 17 places.

Posté par cigulphe à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]