Collection passion : les timbres fiscaux

18 juillet 2021

Une date mémorable

Les timbres de la série fiscale unifiée (S.F.U.) ont tous été imprimés en feuille de 50 avec coin-daté à droite et n° de feuille à gauche :

86211

La date d'impression et le n° de feuille sont également imprimés au verso :

86208

6 fois la date dont un exemplaire au verso du coin-daté de la feuille et 4 fois le n° de la feuille. Cette présentation du verso a, en principe, été respectée même si on peut rencontrer de temps en temps des coins-datés sans date au verso sur la gomme.

En m'amusant comme je sais le faire, en triant un lot de fiscaux de la SFU, voilà que je tombe sur une date invraisemblable :

34 octobre recto

Voici le recto, sans date apparente, mais accrochez les ceintures voici maintenant le verso :

34 octobre verso

Vous lisez comme moi : 34.10.57 soit le 34 octobre 1957, date mémorable s'il en est !

Pour faire bonne figure, en voici un autre exemplaire :

86214

Cette erreur de date proviendrait du tirage du 5.11.57.

86215

Au verso de coin-daté, les dates sont bonnes : c'est bien le 5.11.57 qui est imprimé. La date du 34.10.57 ne peut donc concerner au maximum que les 4 autres millésimes imprimés au verso.

Nous connaissions la semaine des 4 jeudis, nous voici maintenant avec un 34 octobre !

Vous voyez, avec la philatélie, on en apprend tous les jours.

Posté par cigulphe à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 juillet 2021

Le Onze gagnant

Ce soir, c'est la finale de l'Euro de foot et nombreux vont parier sur le Onze gagnant ou si vous préférez sur l'équipe qui va gagner.

Les pronostics sont ouverts, que le meilleur gagne, je n'ai pas de préférence.

Dans mes albums sur la SFU (Série fiscale unifiée), j'ai aussi deux Onze : les n° 143 et 144 du catalogue et pour eux non plus je n'ai pas de préférence : je les aime tous les deux.

Faisons plus ample connaissance avec eux.

Le décret n° 48-2016 du 31 décembre 1948 porte le tarif des quittances à 11,50 F. pour les reçus de sommes comprises entre 1.000 et 5.000 F. (NB : ce tarif sera ramené par mesure de simplification à 11 francs courant 1949 et confirmé par l'article 912 décret du 6 avril 1950)

La quotité à 11 francs n'existant pas dans la série en place, celle-ci est créée par un arrêté du 6 mars 1950, en même temps que les faciales à 23 et 58 francs elles-aussi destinées au tarif des quittances.

Cette faciale à 11 francs aurait été imprimée en mai 1950.

Mais la première date certaine venue à ma connaissance est celle du 29 juin 1950 comme l'atteste ce coin-daté :

SFU 143

On notera que ce coin-daté existe aussi avec une variété constante affectant une feuille sur 2 :

SFU 143 bis

Coin-daté avec variété constante

La dernière date que je connaisse est celle du 13 novembre 1950 :

SFU 143 13 novembre 1950

Ces timbres sont ceux répertoriés sous le n° 143 du catalogue. Ils sont tous imprimés sur un papier au filigrane AT49. En janvier 1951, le tarif passe de 11 à 13 francs ; c'est pourquoi on peut raisonnablement penser que l'impression du 13 novembre est la dernière pour ce type à 11 francs.

La quotité à 11 francs revient du diable vauvert en 1958 et, pour l'occasion, elle s'offre un lifting avec un nouveau type de faciale présentant des chiffres plus espacés avec empattements plus marqués (dit long sérif au catalogue)

 

SFU 144 19 mars 58

Cette faciale à 11 francs est également destinée aux tarifs des quittances mais cette fois-ci : 11 F. pour les reçus de sommes comprises entre 500 et 1.000 F. ainsi que pour les reçus visés à l'article 912 II du C.G.I. (Décret du 28 décembre 1957)

Dernière date vue de mon côté, le 19 juin 1959 :

SFU 144 19 juin 59

Ces timbres sont ceux répertoriés sous le n° 144 du catalogue. Ils sont tous imprimés sur un papier au filigrane AT57. Ils ont été imprimés sur papier vert (en 1958) ou sur papier bleu (en 1959).

Nous avons pu également repérer une variété constante affectant une feuille sur deux, la variété décrite p. 138 du catalogue : ligne de couleur en haut des 4 perles supérieures de droite

SFU 144 20 mars 59 bis

Coin-daté avec variété constante

SFU 144 20 mars 59

Ces deux 11 francs ne sont certes pas des raretés de la philatélie fiscale, mais il nous ont permis de faire quelques minutes de philatélie en ce dimanche. Moralité : même les petits timbres peuvent présenter de l'intérêt ; mais le plus difficile avant d'en entreprendre l'étude, c'est de pouvoir rassembler suffisamment de matériel, en particulier à l'état neuf et mieux encore avec coin-daté.

Tiens au fait en y repensant, il me semblait bien avoir une feuille de ce 11 francs quelque part.

Ca y est, je viens de remettre la main dessus, la voilà :

SFU 144 feuille

 

Posté par cigulphe à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juin 2021

Les nuances de la série lignée

Le catalogue Yvert et Tellier indique en préambule de la série lignée de 1925 que ces timbres ont fait l'objet de tirages à plat (fond foncés) puis de tirages sur rotative (fond clair).

La recherche de ces nuances ouvre des perspectives intéressantes pour le collectionneur attentif et observateur mais la tâche est complexe.

Il est possible de travailler sur des timbres oblitérés en tenant compte de la date d'oblitération des timbres mais cette approche présente deux limites : l'annulation peut être largement postérieure à la date d'impression du timbre et par ailleurs les timbres détachés peuvent avoir été délavés lorsqu'ils ont été décollés de leur support.

L'idéal est de pouvoir disposer d'exemplaires neufs avec coin-daté.

Par chance, j'en ai quelques uns.

Essayons de voir ce que cela donne sur les valeurs en centimes.

1925

1925

1926

1926

1927

1927

1928

1928

1929

1929

1930

1930

1931

1931

1932

1932

1933

1933

1934

 1934

Au fil du temps, le fond devient plus clair. Le médaillon reste de couleur brune jusqu'en 1932 et passe au gris en 1933-34.

Voilà pour les nuances.

Maintenant si on veut pousser plus loin l'étude, on peut s'intéresser à la faciale.

Pour le 25 centimes, le catalogue relève deux types, le type I correspondant ici aux années 1925 à 1930 et le type II suite au passage à l'impression sur rotative pour les années 1931 et 1932.

En son temps, j'avais repéré ce changement de type dans ma présentation sur les timbres de la SFU de 1925 aux années 50 :

Présentation SFU020 - Copie

Mais voilà, aujourd'hui je bloque dans mes recherches car sur le coin-daté de 1934 la faciale est à nouveau au type I.

Par ailleurs, je n'ai pas de coin-daté de la valeur à 25 centimes pour l'année 1933.

Faute de matériel suffisant, je ne sais donc plus que penser.

Je vous avais dit que la tâche était complexe, cela se confirme en l'espèce.

Une fois encore la collaboration d'autres collectionneurs serait la bienvenue.

Posté par cigulphe à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 juin 2021

Les timbres de la série lignée sur papier couché

Dans son ouvrage sur les fabrications de l'Atelier du timbre, G. Chalmandrier indique dans la partie consacrée aux timbres de la série unifiée : " En 1933, il a été fait des expérimentations de papier couché et on a imprimé un nombre limité de vignettes à 0,25 (143 100) et à 1 fr 44 (142 550) qui ont été mises en circulation et vendues au public. Ces timbres sont très rares. On les reconnaît au brillant du papier qui paraît glacé ".

Lucon157

N° 9A sur papier couché

Lucon158

N° 25A sur papier couché

Vu la faiblesse du tirage de ces deux valeurs et sachant que ces timbres ont été pratiquement tous utilisés, il apparaît évident que seuls quelques exemplaires neufs ont pu parvenir jusqu'à nous.

J'ai la chance de disposer d'un nombre très réduit de doubles de ces deux timbres. Je les propose actuellement sur Delcampe à un prix particulièrement attractif puisqu'au 1/3 de cote. Ne passez pas à côté de cette opportunité !

Ultérieurement, H. Janton a pu repérer que la valeur à 3 F. avait également été imprimée sur papier couché, la voici :

Lucon159

N° 30a sur papier couché

Ajoutons que ces timbres sur papier couché sont très difficiles à repérer à l'état oblitéré ; pour l'instant je n'en ai jamais rencontrés.

Aussi, ouvrez l'oeil en triant vos doubles, sait-on jamais !

Posté par cigulphe à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 juin 2021

Que valent les timbres locaux d'affiches ?

De temps en temps on rencontre des timbres locaux d'affiches sur les sites de ventes aux enchères.

Ces timbres partent bien souvent à des prix qui n'ont pas de rapport avec la cote au catalogue.

Pourquoi ? Voyons cela ensemble.

Pour mémoire, ces timbres sont listés au catalogue des timbres fiscaux locaux et spéciaux édité par la SFPF.

Je n'ai pas la dernière édition de ce catalogue, seulement celle de 2003, mais cela sera suffisant pour mon propos du jour.

Ces timbres sont très nombreux et devant la très faible quantité des transactions les concernant, il avait été fait le choix de leur attribuer une cote en fonction du nombre d'habitants en partant du principe simple que plus une commune était importante, plus le tirage devait être important.

Or la cote donnée dans un catalogue n'est qu'une base (plus ou moins réaliste) de transaction. Dans notre domaine de la philatélie fiscale, certains timbres nationaux ne se vendent pas au 1/10ème de la cote tandis que d'autres la dépassent allègrement.

Un ami spécialiste des fiscaux des colonies françaises me disait récemment que dans ce domaine les prix de vente étaient parfois démesurés par rapport aux cotes.

Ceci ne me surprend pas. En effet, l'acheteur éclairé peut décider d'attribuer lui-même la valeur qu'il désire mettre pour un timbre et, en ce domaine, il n'y a pas d'autres limites que celles de ses envies et de son portefeuille naturellement.

Pour les timbres locaux d'affiches, le catalogue 2003 précisait : " En cas de recherche exclusive de timbres d'une seule ville d'un seul département ou d'une ou d'une seule région par exemple l'Alsace-Lorraine les cotes doivent être multipliées par 4 ".

Cette précision m'a rappelé une remarque figurant à plusieurs reprises dans le catalogue Marianne 1985-1986 : " Il est normal de payer beaucoup plus cher un timbre complétant une série dépareillée. A contrario, le timbre isolé a une valeur faible ".

Illustrons ces éléments concrètement.

Je suis en Vendée et je m'intéresse aux locaux d'affiches de mon département. Deux communes vendéennes ont émis ces timbres : Luçon et les Sables-d'Olonne.

Direction mon album des locaux, voici ce que je trouve :

Lucon116

Quatre timbres de la ville de Luçon, un point c'est tout. Manquent les valeurs à 18 et 36 centimes.

Quel prix serais-je prêt à mettre pour ces deux timbres ? Un certain pourcentage de la cote, 50 % par exemple ?

Non, ce n'est évidemment pas si simple car je me retrouve dans les deux cas de figure énoncés ci-dessus :

  • En cas de recherche exclusive de timbres d'un seul département les cotes doivent être multipliées par 4
  • Il est normal de payer beaucoup plus cher un timbre complétant une série dépareillée

Alors, si je vois passer ces deux valeurs qui me manquent, quel prix mettrai-je ? A l'instant même je n'en sais rien, mais il est évident que je consentirai un effort pour les ajouter à ma collection.

Concernant les timbres affiches des Sables-d'Olonne, je n'en ai aucun. La situation est semblable mais peut revêtir deux cas de figure si d'aventure ils étaient proposés à la vente :

  • un timbre de la série proposé seul
  • la série complète

Que feriez-vous à ma place ?

N'oublions pas un autre élément auquel vous aviez forcément pensé et sur lequel je n'ai pas prise : s'il y a un ou plusieurs collectionneurs intéressés, les enchères vont inévitablement monter, tandis que si je suis seul sur le lot...

Ce n'est pas si simple n'est-ce pas ?

Toujours est-il que si des lecteurs pouvaient m'aider à dénicher ces timbres de Vendée, je leur en serait reconnaissant.

Posté par cigulphe à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :