En 1918, l'Atelier du timbre a surchargé de la mention " Tarif porté à X F " le reliquat des timbres de dimension émis avant le type " médaillon de Tasset ". Ces timbres sont référencés au catalogue Yvert et Tellier des fiscaux sous les n° 165 à 179.

Ont alors été surchargés :

  • Quelques exemplaires de la 1ère série au type " Chiffres d'Oudiné " :

167

N° 167

  • Quelques exemplaires de la 2ème série au type " Chiffres d'Oudiné " :

174

N° 174

  • et pour finir, quelques exemplaires du type " Méduse d'Oudiné " :

176

N° 176

Certains exemplaires de ces rares voire fort rares timbres se rencontrent oblitérés mais, dans la quasi-totalité des cas, l'annulation est illisible de sorte qu'on a longtemps pensé que les figurines antérieures à 1892 n'avaient pas été mises en circulation.

Dans sa version 2016, le catalogue Yvert et Tellier est venu apporter un éclairage sur la question en présentant en page 63 un fragment portant le n° 179 annulé par le cachet des bureaux d'enregistrement parfaitement lisible au n° 179, correspondant au bureau de Vézelay dans l'Yonne.

Effectivement, le n° 179 a bien servi officiellement, en voici deux autres exemples avec n° de grille lisible :

179 Blois A

N° 179 annulé par le bureau n° 307 (Blois A.J.)

179 Briey

N° 179 annulé par le bureau n° 386 (Briey)

Les autres timbres, des n° 165 à 178, ne sont pas connus semble-t-il avec annulation pouvant être attribuée de manière certaine à un bureau de l'enregistrement.

Il est vraisemblable que seule la quotité à 3 francs carmin au type " Méduse d'Oudiné " ait été mise en circulation. Ceci proviendrait du fait que cette valeur était peu utilisée et que, par conséquent, à l'occasion du changement de tarifs intervenu en 1918, il est vraisemblable qu'il devait en rester un certain nombre d'exemplaires dans les bureaux lorsqu'ils ont transmis à l'Atelier du timbre les fiscaux en leur possesion pour les faire surcharger aux nouveaux tarifs.

En revanche, il semble douteux que les timbres au type " Chiffres d'Oudiné " émis avant 1875 n'aient pas été tous utilisés par les bureaux de l'enregistrement en plus de 40 ans et si tel était le cas, cela n'a dû concerner que quelques bureaux tout au plus. C'est pourquoi, je pense que les valeurs au type " Chiffres " n'ont pas été mises en circulation et que les figurines parvenues jusqu'à nous proviennent de l'Atelier du timbre qui a dû conserver les quelques exemplaires surchargés sur le type " Chiffres " et les a annulés sur place en les conservant comme référence, sans les renvoyer dans les bureaux.

 

Maj du 22 mai 2020 : notre ami Francis me transmet la photo d'un autre exemplaire du n° 179 :

page 1 Briançon

N° 179 annulé par le bureau n° 380 (Briançon)

Bravo à Françis pour ce très bel exemplaire. J'ajoute que cette découverte apporte de l'eau au moulin d'une hypothèse à laquelle j'avais pensée, à savoir que les bureaux avaient peut-être été d'abord approvisionnés par ordre alphabétique (ou de n° ce qui revient au même) avec les timbres surchargés sur les émission postérieures pour " excluser les stocks " si vous me permettez l'expression. En effet, nous voici désormais avec 3 exemplaires annulés par des bureaux commençant par la lettre " B ". Simple coïncidence ou éléments allant dans le sens de mon hypothèse ?