Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Collection passion : les timbres fiscaux
1 mai 2019

Au Bon Marché

Il arrive que les philatélistes se découragent car ils ne parviennent pas à compléter leur collection, faute de moyens ou d'opportunités. Le temps passant, la lassitude gagne alors ces collectionneurs qui peu à peu délaissent leurs albums.

Mais, dans certains cas, la passion qui les anime va les amener à dépasser la philatélie pour s'intéresser à toutes sortes de pièces non philatéliques en lien avec les documents qu'ils possèdent déjà.

Cette approche est celle de la classe ouverte, catégorie de compétition philatélique qui consiste en une " présentation mixte de matériel philatélique et non philatélique, faisant appel à la personnalité de l’exposant et à sa créativité ".

Voici pour illustrer mon propos une facture du BON MARCHÉ :

Facture ABM

 

Au plan philatélique, rien de folichon : un timbre humide de quittances à 10 centimes fort courant. Reste un visuel qui n'est pas sans intérêt ; cela peut, à la rigueur, mériter une page dans une collection.

C'est alors qu'en voyant ce document, j'ai pensé à mon ami Jean-Jacques B., collectionneur émérite et éclectique, que j'ai immédiatement contacté.

Bonne pioche ! Il s'est montré pratiquement intarissable sur la question, aussi lui ai-je demandé de nous présenter le BON MARCHÉ en illustrant son propos de pièces remarquables de sa collection.

Laissons-lui la parole :

C'est en 1852 qu'un couple de commerçants provinciaux, Aristide et Marguerite BOUCICAUT " monte à PARIS " pour créer, en 1852, le Grand Magasin AU BON MARCHÉ. Ils élargiront, ensuite, les bâtiments pour diversifier énormément la marchandise (initialement orientée vers l'habillement féminin et les tissus).

Soutenu par son épouse, Aristide BOUCICAUT se montre très entreprenant et novateur, invitant la clientèle féminine à sortir de chez elle pour venir au magasin, dans un vaste lieu organisé de manière quasi théâtrale afin de multiplier les tentations d'achats.

Aristide et Marguerite ont l'intuition qu'il faut trouver le moyen de faire sortir de chez elles les femmes qui, jusqu'alors, ne sont guère autorisées, le machisme de l'époque aidant, à sortir librement !

Alors que l'urbanisme parisien se renouvelle de fond en comble, sous la férule du Baron HAUSSMANN, l'architecture du Magasin (structure métallique grandiose conçue par Gustave EIFFEL) comme la mise en scène de la marchandise vont fournir le cadre extraordinaire propre à justifier  une telle audace.

L'image de " la cliente " qui fréquente LE BON MARCHÉ sera celle de LA PARISIENNE - FEMME MODERNE.

LE BON MARCHÉ devient une véritable Institution commerciale et un modèle : il sera plagié en FRANCE et dans le monde entier et Emile ZOLA s'en inspirera pour son roman " Au bonheur des Dames " dont le titre résume parfaitement la teneur du projet des BOUCICAUT.

Autre aspect important du ciblage de la clientèle : celle-ci, principalement " bourgeoise ", compte tenu de son pouvoir d'achat et de sa propension à acheter les produits qui lui assurent ce statut social, ne doit pas écarter les couches populaires, trop heureuses d’accéder à ces commodités commerciales

Dans cette optique, le personnel de vente sera fortement féminisé  pour accroître, dans l'esprit de la clientèle, une atmosphère faite de liberté et de complicité.

La Maison BOUCICAUT pratique une stratégie mercantile moderne inconnue jusqu'alors :

- le magasin possède des ascenseurs ;

- l'entrée est libre et les marchandises sont disposées, à profusion, sur des comptoirs permettant le " libre-toucher " ;

- la politique du " bas prix ", avec une marge de profit réduite, facilite une prompte rotation des produits ;

- les essayages sont libres et l'échange facile, si la taille, par exemple, ne convient pas ;

- nombreuses périodes de SOLDES / mois du blanc / mois des jouets etc... ;

- facilité d’obtention d'échantillons ;

- édition de milliers de catalogues très attirants distribués en FRANCE  et à l'étranger ;

- livraison à domicile gratuite par véhicules hippomobiles et, ensuite, camions ;

- usage de la " réclame " élargi et large publicité dans la grande presse - affichage - vitrines – animations ;

- buffets, collations, journaux gratuits.

A proximité, construction de l'hôtel LUTETIA pour héberger les provinciaux et les étrangers

- CADEAUX PLANTUREUX  en permanence, ravissant les jeunes enfants qui poussent leurs parents à retourner au magasin ;

- des milliers de cartes et images multicolores, didactiques abordant tous les thèmes chers aux destinataires. On fait appel à des dessinateurs-illustrateurs réputés (comme Benjamin RABIER) ;

- éventails - agendas - cartes/plans - affichettes - livrets de géographie - petits journaux de " jeune reporter à travers le monde " ;

$_57

Eventail de 1906 faisant partie d'une série de 6 pièces extrêmement difficiles à constituer -

La fabrication a dû être délicate et compliquée en rassemblant 7 pales par un ruban de satin.

Les dimensions sont 116 x 40 et les scénettes montrent les activités de plein air des enfants (notez l'habillement) :

jeux de ballon - pêche - promenade sur un âne - cerf-volant - promenade en barque etc...

- trousses à couture et nécessaires de manucure siglés B M et puis................. MERVEILLEUSES " CARTES A SYSTEMES ", souvent très ingénieusement conçues, d'une fragilité extrême et qui font appel, thématiquement, aux contes, fables, histoires du répertoire enfantin.

B M 2

Carte double faisant partie d'une série de 6 et à système de " double ouverture "

Guguss est mort - Guguss ressuscité. Année 1904 - dimensions 164 x 125

Ce clown " noir " eut ses heures de gloire début du XX ème siècle et fit l'objet, voici 3 ans, d'un film français, retraçant cette épopée avec l'acteur Omar SY ayant pour partenaire du " clown blanc " le propre petit- fils de Charlie CHAPLIN.

B M 1

Carte coulissante présentant la première scénette du clown dressant la table ronde pour un repas,

la seconde montrant son caniche trônant fièrement devant le public. Année 1903 - dimensions 138 x 99

Ces trois illustrations ne constituent qu'un rapide aperçu des pièces de la collection de Jean-Jacques.

Pour ma part, j'imagine aisément les enfants en ce début 1900 inviter leurs parents à se rendre au BON MARCHÉ pour revenir avec une de ces merveilleuses cartes.

De nombreux collectionneurs ont gardé en eux une part d'enfance. Souhaitons que cet article sur les cadeaux du BON MARCHÉ les incite à pousser leurs recherches au-delà de la philatélie, le champ est si vaste pour le passionné.

Publicité
Publicité
Commentaires
Collection passion : les timbres fiscaux
Blog de B. VINCENT consacré à la philatélie fiscale et particulièrement aux timbres fiscaux de France.

Je réponds volontiers aux demandes de renseignement et publie avec plaisir les timbres ou documents intéressants que nos lecteurs ont l'amabilité de me transmettre à l'adresse suivante : bruno@timbres-fiscaux.fr

Publicité
Ma collection
Collectionneur passionné depuis plus de 35 ans des fiscaux de FRANCE, de BELGIQUE et du LUXEMBOURG, je suis en permanence à la recherche de timbres et documents intéressants, à l'achat ou de préférence à l'échange, pour ma collection personnelle.

Le timbre du mois


Publicité