Je viens de recevoir récemment un message me demandant de renouveler mon abonnement pour bénéficier de l'hébergement de mon site www.timbres-fiscaux.fr par Canalblog ainsi que du droit à l'usage exclusif de ce nom déposé : timbres-fiscaux.fr.

A cette occasion, je me suis interrogé sur mon blog crée le 15 décembre 2011 et, en toute sérénité, j'ai décidé de mettre un terme à mon travail sur ce site.

En quelques mots, 343 messages rédigés depuis 2011, 1759 photos publiées. 120 000 visiteurs pour environ 250 000 pages vues.

Bilan de tout cela : rien ou presque. Quasiment aucun contacts (moins de 5 personnes que je ne connaissais pas déjà par ailleurs) ni retour sur mon travail.

En revanche, de mon côté, des heures et des heures de travail qui ne m'ont strictement rien rapportées.

Or, comme beaucoup d'entre nous, à la fin du mois, mes comptes sont dans le rouge.

Mais chose singulière, quand je demande un travail, ici ou là autour de moi, en dessous de 10 € de l'heure, plus personne n'est prêt à travailler sauf les illuminés de mon genre.

Certes, nous sommes bien d'accord, nous parlons ici de loisirs : de la philatélie fiscale en l’occurrence et pas d'une occupation susceptible de rapporter de l'argent.

En fait, tout cela est une question de coût d'opportunité. En effet, lorsque je rédige un article, je ne gagne rien mais pendant ce temps je pourrais faire autre chose qui serait plus intéressant (financièrement ou d'une manière plus générale) pour moi.

Exemple, je dois refaire ma toiture ; j'ai estimé qu'il me fallait une heure de travail par mètre carré et j'ai 100 m2 à faire. Plutôt que de passer mon temps derrière un ordinateur à écrire des articles qui ne me rapportent rien, je vais le passer sur ma toiture. Au final j'aurai gagné plus de 1000 € car j'aurai fait moi-même le travail plutôt que de payer quelqu'un à 10 € de l'heure (soit dit en passant, aucun couvreur ne travaille à 10 € de l'heure)

Par ailleurs, lorsque je donne des informations, celles-ci peuvent intéresser d'autres collectionneurs qui plus tard, grâce à ces informations, vont enchérir sur les mêmes lots que moi. Je suis là aussi perdant.

Bref, point n'est besoin d'épiloguer.

Je vais continuer à écrire sur les timbres fiscaux, en fonction de mes découvertes ou de mes inspirations car j'aime mettre par écrit mes émotions philatéliques. Je garderai ce travail pour moi et le transmettrai en temps voulu à ceux qui prendront la suite de ma collection.

Toutefois, pour ne pas perdre ce qui a déjà été rédigé, je continuerai à payer ce que me demande Canalblog tous les ans.

Amitiés

B.V.