Quel collectionneur n'est pas resté, ne serait-ce qu'un instant, ébahi par le timbre hors du commun se présentant soudainement sous ses yeux ?

En voici un exemple tout frais me concernant :

En compulsant les lots de la vente De Magistris dont je vous ai parlé dernièrement, mon regard se fige sur un des timbres présentés sur cette image :

Trop beau

Quel est ce timbre à votre avis ?

Toutes vos réponses sont bonnes a priori, car tous ces timbres sont rares et la plupart des collectionneurs ne les ont jamais vus. Il m'en manque un, celui qui figure au milieu, c'est-à-dire celui-ci :

Réimpression A51

Instant d'émoi, évidemment, comme pour tout collectionneur voyant pour la première fois un timbre qu'il n'a jamais vu.

De quoi s'agit-il ? Reportons-nous au catalogue des fiscaux à la rubrique DIMENSION, annexe 1 consacrée aux surcharges de fortune de 1871. Il n'est pas difficile de trouver ce timbre, il n'y a qu'un seul timbre de la quotité à 3 francs surchargé ainsi ; il s'agit du n° A-51.

Ce timbre, en dépit de sa cote dérisoire est une grande rareté.

Mais, passés quelques instants de stupéfaction, je m'écrie: " C'est trop beau pour être vrai ! "

Que m'arrive-t-il ? Pourquoi diable suis-je passé en un instant de la félicité au désappointement ?

En voici l'explication.

En premier lieu, ces surcharges de fortune sont inconnues neuves. D'ailleurs le catalogue ne les cote pas dans cet état. (Cela ne signifie pas qu'il n'existe pas de figurines neuves revêtues de ces surcharges, mais simplement qu'à ce jour aucune n'a été rencontrée).

Par ailleurs, les marges généreuses de ce timbre m'ont interpelé car elles sont exceptionnelles pour ce type de timbre.

Je poursuis mes observations, étudie la nuance (ce qui n'est jamais simple sur un scan mais je suis aidé en cela par la paire tête-bêche dans l'angle supérieur droit qui est une réimpression, les originaux n'existant pas avec tête-bêche), regarde les cartouches de la valeur et en toute logique j'en arrive à la conclusion suivante : cette surcharge a été apposée sur une réimpression de 1909. (Voir à ce sujet mon billet ici).

C'est la première fois que je rencontre une surcharge des receveurs sur une réimpression. Trop beau pour être vrai, c'est exact, nous sommes en présence d'une réalisation apocryphe.

Néanmoins, ce timbre n'est pas dénué d'intérêt. Il conviendra seulement de préciser qu'il s'agit d'une réimpression.