Contrairement aux collectionneurs de timbres-poste qui bénéficient d'un large choix d'albums " clefs en mains " proposés par différentes maisons philatéliques, le collectionneur de fiscaux est bien démuni lorsqu'il doit présenter sa collection.

En effet, inutile de chercher, aucun éditeur ne propose actuellement un album des timbres-fiscaux de France. Or, ce ne fut pas toujours le cas, voici un exemple d'une page d'album du XIXème :

Page album ancien

La production la plus aboutie était celle de la maison Yvert et Tellier qui au début du XXème mettait à disposition des amateurs un album spécifique aux fiscaux :

Yvert couverture

Alors pourquoi n'y a-t-il plus d'album des fiscaux de France disponible sur le marché ? Deux raisons principales : d'une part le nombre de collectionneurs est trop restreint et par conséquent la demande quasi inexistante et, d'autre part, la réalisation d'un tel album s'avérerait trop complexe et conduirait à des alternatives frustrantes : y faire figurer tous les timbres fiscaux au risque de décourager les collectionneurs par la vision d'une succession de cases vides ou au contraire de n'y faire figurer que les timbres les plus courants ce qui ne présenterait que peu d'intérêt pour le collectionneur sérieux.

Alors que faire ?

Un certain nombre de collectionneurs utilisent des classeurs à bandes pour les timbres et des pochettes perforées cristal pour les documents. Une autre possibilité consiste à monter ses timbres sous pochettes ou bandes de protection sur des feuilles d'album vierges.

Ces deux solutions ont le mérite d'être satisfaisantes, mais à mon sens elles ne permettent pas de mettre suffisamment en valeur les pièces présentées.

Les collectionneurs les plus méticuleux (et les plus patients) pourront réaliser leurs propres pages à l'encre de chine :

Page album encre chine

mais c'est un travail de bénédictin et gare au moindre instant d'inattention qui va faire que tout le travail sera à reprendre !

G. Chalmandrier, ancien directeur de l'Atelier du timbre, excellait dans cet exercice et ses pages d'album sont un ravissement pour les yeux. Voici l'exemple d'une de ses pages consacrée aux Copies :

Copies Chalmandrier

Aujourd'hui, pour beaucoup, les outils bureautiques ont remplacé la plume d'oie. Il est possible de réaliser ses propres pages sur traitement de texte au gré de l'imagination et du goût de chaque collectionneur. Voici un exemple d'une page de ma collection présentée en exposition :

Expo0012

Mais pour ma collection générale, je reste attaché à la tradition. Mes timbres sont présentés sur les feuilles quadrillées classiques de la maison Yvert et Tellier de dimension 280 x 340.

Au début, j'ai bien tenté de réaliser quelques pages à la main, mais rien à faire, le résultat s'avérait calamiteux en partie à cause de mon écriture en pattes de mouche.

Je me suis donc tourné vers le traitement de texte. Après un certain nombre d'essais peu concluants, notamment pour l'impression sur un format hors standard, je suis enfin arrivé au résultat que j'espérais. Voici une de ces pages :

17